Apprendre l’Hypnose Classique #3 : L’induction

Au cours des précédents articles, vous avez commencer à apprendre quelques notions d’hypnose, et à entrevoir ses différentes possibilités. Comme vous avez pu le voir il n’y a pour l’instant rien de difficile en soit. Un petit peu de narration, quelques techniques auditives et sensorielles. Il n’y a pas grand chose à faire et pourtant les premiers effets hypnotiques se font parfois déjà sentir. Vous voici donc arrivés à la troisième étape. C’est peut être l’étape la plus difficile à réaliser en tant qu’hypnotiseur mais aussi la plus impressionnante visuellement. Il s’agit de l’induction. Dans le cadre d’une séance d’hypnose classique normale cette étape est à réaliser derrière le Prétalk et le test de réceptivité.

Qu’est ce que l’induction ?

 
L’induction est une l’étape qui permet d’endormir la personne hypnotisée. Il s’agit d’un endormissement seulement en apparence… Car en réalité la personne ne dort pas vraiment. Ses fonctions primaires de base, rattachées au conscient, sont momentanément mises en pause. Mais son inconscient est encore éveillé et est à l’écoute de l’hypnotiseur.
 
L’induction est une étape qui se réalise en quelques minutes. Elle nécessite néanmoins un petit entrainement au préalable au niveau du timing et des gestes à effectuer.
 
Il existe deux types d’induction : avec ou sans ou rupture de pattern.

  • Avec rupture de pattern: L’hypnotiseur concentre l’attention de son interlocuteur sur une activité et le surprend par une action physique rapide afin l’endormir. L’objectif est de saturer la plupart des sens de la personne pour perturber sa partie consciente. On concentre tout d’abord l’attention visuelle sur un point ou une activité tout en occupant sa partie auditive avec la répétition d’une phrase par exemple. Puis on intervient à un moment où elle ne s’y attend pas pour créer de la confusion. Il faut savoir que le cerveau humain réagit un peu comme un ordinateur et quand il est confus, il bogue ! En temps normal la confusion dure un laps de temps très court et on reprend ses esprits très rapidement. Mais durant ce laps de temps il est possible d’envoyer une instruction au cerveau qui ne sait plus dans quelle ordre prendre les informations. Dans le doute il prend la première information qui lui vient. L’hypnotiseur n’a plus qu’a prononcer le mot “dors” ou “dormir” au bon moment pour que le sujet s’exécute immédiatement. Il faut cependant lier la prononciation du mot avec une action qui va aider lui faire fermer les yeux. La plupart du temps cela consiste en un mouvement qui fait pencher la tête de son interlucoteur vers l’avant.
  • Sans rupture de pattern: L’hypnotiseur met progressivement son interlocuteur en trance sans action physique de sa part. Tout cela se fait uniquement par la parole mais requiert une habilité orale. L’objectif de ce procédé est de faire prendre conscience progressivement à la personne qu’elle glisse de plus en plus dans une transe hypnotique. Cette technique ne marche pas avec tous les réceptifs.

 
Dans la chronologie d’une séance d’hypnose classique l’induction est à réaliser dans la continuité du ou des tests de réceptivité. Si vous le souhaitez vous pouvez amener l’induction comme un test supplémentaire pour amplifier l’effet de surprise.

Si votre interlocuteur est partant pour continuer vous avez plusieurs solutions au choix. A vous de choisir celle qui vous semble la plus adaptée ou celle avec laquelle vous êtes le plus en confiance. Car dans cette étape vous allez avoir besoin de confiance en vous. C’est primordial!

Exemples d’induction

 
Voici deux exemples d’induction que j’ai fréquemment utilisé au cours de mes séances et qui ont montré les meilleurs résultats. Elles sont toutes les deux des inductions avec rupture de pattern, beaucoup plus accessible pour ceux qui débute en hypnose. Sachez qu’il existe plein d’autres inductions ! L’hypnose n’est pas une science exacte. Une fois qu’on a compris les différentes notions importantes et nécessaires pour hypnotiser, on peut très bien faire place à de l’improvisation. L’important est de vous montrer sûr de vous et à l’aise avec la technique que vous compter utiliser.

Le butterfly

 
Le mot Butterfly signifie papillon en Anglais. L’induction qui porte ce nom est très connue et très employée pour son efficacité. Elle est catégorisée dans les inductions avec rupture de pattern.
 
Tout d’abord prenez la main droite de la personne avec votre main gauche. Demandez lui de ramollir son bras au maximum. Faites lui faire de légers mouvements avec sa main de gauche à droite de façon continue, comme une sorte de balancier. Tenez votre main droite à hauteur de son visage et faites la bouger de haut en bas puis de gauche à droite là aussi de façon continue tout en bougeant vos doigts ( faisant penser à un papillon). Le mouvement de votre main s’apparente à une croix. Dites lui également que les mouvements de sa tête doivent suivre les mouvements de votre main droite. Pendant ce temps là répétez sans vous arrêter la phrase “Suis ma main.”
 
Le but est de concentrer la plupart des sens de l’individu :

  • Sa vue est focalisée sur votre main droite en mouvement
  • Son toucher est perturbé par votre main gauche elle aussi en mouvement
  • Son ouïe est absorbée par votre phrase répétée en boucle.

 
Lorsque vous êtes prêt vous pouvez exécuter votre action pour endormir la personne. Celle-ci doit alors s’effectuer quand votre main droite (papillon) bouge vers le bas. A ce moment là tirez un grand coup sur la main gauche de la personne. Pas trop fort le coup hein ! Ce mouvement a pour but d’attirer la personne vers l’avant, à un moment ou sa tête se dirigeait vers le bas. Avec ce mouvements les paupières de la personne ont tendance à descendre également. Cela va amplifier l’effet d’endormissement. A la combinaison de ces gestes il ne vous reste plus qu’à donner l’instruction majeure de l’induction avec le mot “Dors !”
 
Si tout se passe bien la personne se laisse alors littéralement tomber et s’endort d’un coup dans un sommeil léger. A vous de faire en sorte de la rattraper à temps si elle est debout. Car c’est à vous de veiller à sa sécurité. Il faut donc faire attention éventuellement à la morphologie de la personne hypnotisée car vous devez être capable de la rattraper si elle se laisse tomber.
 
Pour mieux comprendre comment faire, rien de mieux qu’un exemple en vidéo:
 

 

Les bras aimantés

 
Cette induction est très simple et marche très bien sur les personnes réceptives. Il s’agit également d’une induction avec rupture de pattern. Nous allons reprendre un des tests de l’étape précédente. Comme dans l’article sur les tests de réceptivité, vous devez tout d’abord demander à votre interlocuteur de tendre ses bras en plaçant ses mains ouvertes paume contre paume. Demandez lui de fermer les yeux. Vous allez ensuite lui faire imaginer que vous posez des aimants dans chacune de ses mains. Lorsque vous déclenchez votre signal les mains de votre interlocuteur commencent à se rapprocher l’une vers l’autre. C’est à ce moment là que vous allez introduire votre induction.
 
Pendant que les mains de votre interlocuteur se rapprochent, commencez à placer vos mains à côté des siennes. Vous allez prendre ses mains, les coller, et les tirer vers vous avant qu’elles ne se touchent afin de créer le sentiment de surprise. Bien sûr il faudra penser à dire l’instruction “Dors !” au même moment.
 
Là aussi, si tout va bien, la personne, déstabilisée, se laissera aller et plongera dans un sommeil léger.

Que faire si l’induction ne marche pas ?

 
Si malgré tous vos efforts les inductions présentées ci-dessus ne marchent sur votre interlocuteur, plusieurs choix s’offrent alors à vous :

  • Soit vous arrêtez : En hypnose quand vous avez tout essayé et que cela ne marche pas il ne faut généralement pas insister. C’est pour cela que dans les spectacles d’hypnose quand les personnes décrochent, le professionnels les renvoit à leur place. Il n’y a aucune honte à avoir. La personne peut ne pas être si réceptive que cela. Cela dépend de sa réceptivité, de l’hypnotiseur et du moment. S’il y a d’autres personnes qui sont tenter pour essayer, cela peut être le bon moment pour changer de sujet.
  • Soit vous essayez d’autres inductions : Il en existe plein, vous en trouverez sûrement d’autres sur internet. Je prévois de consacrer un prochain article pour vous donner davantage d’exemples. Mais si vous le souhaitez vous pouvez même en créer!
  • Soit vous réessayez une des inductions précédentes mais en demandant à la personne de se laisser aller. Ce cas de figure m’est souvent arrivé. Motivé à l’idée d’hypnotiser la personne que j’avais en face de moi je lui ai proposé de recommencer le Butterfly mais en lui demandant cette fois-cide se laisser faire au moment de la rupture. Dans la plupart des cas cela a parfaitement marché!

Conclusion

 
L’induction est une étape importante car elle permet à la personne le passage du conscient à l’inconscient. Cependant cette étape n’est pas forcément nécessaire. Ils existent plusieurs façons d’hypnotiser une personne et dans l’une d’elle on utilise pas d’induction directe. En tout cas si vous vous entraînez sur un ou une amie et que celle-ci s’est endormie suite à votre induction, vous avez fait le plus dur ! Cette étape est peut être la plus difficile car elle nécéssite de réaliser une action à un moment précis de votre part selon les cas. Plus vous essaierez d’hypnotiser et plus vous serez à l’aise avec certaines inductions.
 
Cet article vous a plu ? N’hésitez surtout pas à le partager sur les réseaux sociaux ou à vos amis. Plus nous serons nombreux, et plus nous apprendrons de nos expériences. N’hésitez pas également à soutenir Hypnosiz en likant la page Facebook, Twitter ou Google+.

A très vite!

Author: Alexandre

Je suis l'auteur de ce blog consacré à l'hypnose. Si tout comme moi vous êtes fans de tout ce qui touche de près ou de loin à l'hypnose, je vous invite à lire mes articles, laisser un avis et partager vos expériences.

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This